« Autochtones et émigrés dans une île grecque. Enjeux identitaires pour ceux qui vivent sur des territoires différents »

Résumé

Cet article examine les manipulations du temps et de l’espace, de l’histoire et de la géographie, que partagent les autochtones et les émigrés de Nissyros. Cette île du Dodécanèse a connu une si importante dépopulation que les habitants font référence à « une deuxième Nissyros » qui aurait été fondée aux États-Unis. A travers le tissu associatif que les « Américains » de Nissyros ont dès le début animé, leurs initiatives ont influé sur le territoire et les conditions de vie de l’île natale. Néanmoins, la position de ces émigrés reste toujours ambivalente, puisqu’ils incarnent à la fois l’intimité et l’alterité, la tradition et la modernité, la douleur liée à la décision de partir et la fierté d’avoir réussi dans le pays le plus développé du monde.

This paper examines the manipulations of time and space, of history and geography, that are shared by the natives and the emigrated people of Nissyros. This Dodecanese island experienced such a massive depopulation that its inhabitants refer to a « second Nissyros » that would have been founded in United States. Through the associative networks that the « Americans » from Nissyros have initiated from the very start, their initiatives have had an influence on the territory and the conditions of living of their native island. Yet, the position of these emigrated people remains always ambivalent, as they embody both intimacy and otherness, tradition and modernity, the pain connected to the decision to leave and the pride to have made it in the most developed country in the world.